Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

04/03/2010

Les toilettes du futur - VIDEO

PPPP.jpgAller aux toilettes, c’est ennuyeux? Loin d’être plaisant et distrayant ? C’était sans compter sur les nouvelles technologies qui ont insufflés un air nouveau, loin d’être nauséabonde, dans le domaine des WC. Grâce à ces évolutions, faire ses besoins devient innovant. Voire ludique ! La lecture deviendrait presque superflue au petit coin.

À Batibouw, le stand de Luc Michel est dédié à toutes ces nouveautés techniques ! Et le moins que l’on puisse dire, c'est que les modèles exposés attirent de nombreux visiteurs et curieux. Les WC qu’il a imaginé et conçu sont pour le moins surprenants. Ils lui ont, d’ailleurs, valu le prix de l’entreprise la plus innovante d’Hainaut !

Ses toilettes aspirent les mauvaises odeurs. Elles proposent aussi un jet d’eau sortant de la cuvette pour laver l’endroit fatidique après avoir fait ce qu’il fallait faire. Et que dire des urinoirs ? Ils deviennent écologiques et se cachent dans les portes des meubles pour limiter les mauvaises odeurs mais aussi la consommation d’eau. En effet, ce modèle particulier fonctionne sans chasse d’eau.

Voici quatre vidéos de Luc Michel présentant plusieurs de ses toilettes si particulières ! Et, vous allez le constater, il a vraiment une manière très « personnelle » d’exposer et de mettre en scène ses produits !

 

Chauffe qui peut !

DSC_0190.JPGLe feu, un indéniable "créateur d'ambiance" ! Et oui, le charme d’une cheminée collabore résolument à l'intimité et à l’ambiance de votre intérieur. Les feux ouverts et poêles créent la chaleur indispensable à votre maison mais, surtout, apportent une pointe de convivialité et un certain cachet dans vos pièces.

Le marché est vaste. La sélection parmi cette gamme abondante sera décidée en fonction de votre budget mais aussi de vos goûts personnels. Il convient également de tenir compte du rendement de l'appareil choisi, tant pour votre porte-monnaie que pour l'environnement. Actuellement, il existe des feux ouverts de tous types et de toutes dimensions munis des techniques les plus avancées. Alors, quels sont les choix qui s’imposent à nous pour sublimer votre maison grâce aux chatoiements du feu ?

Tout d’abord, le feu ouvert qui représente le type le plus ancien de foyers, permettant encore à l'heure actuelle de chauffer agréablement une pièce. Jouissant d’une importante diversité de formats, il est surtout intéressant pour tout l’imaginaire qui l’entoure, à savoir le craquèlement et le fendillement du bois qui flambe dans l’âtre. Par contre, sa consommation trop importante et son rendement faible sont regrettables. Tout comme sa production de saletés énorme.

Les feux ouverts peuvent aussi prendre la forme d’une cassette équipée d’un ventilateur. Ce dernier permet un réchauffement prompt et une bonne propagation thermique. Pour les cassettes standards, le ventilateur est agencé sous l’ouverture de verre. D’ailleurs, les grilles d’évacuation sont visibles. Si votre cassette jouit des dernières innovations, le ventilateur peut être commandé manuellement ou automatiquement. Dans ce cas, les grilles d’aération sont cachées ; l’installation est donc davantage stylisée et esthétique.

DSC_0181.JPGEnsuite, l’insert. C’est l’union du feu ouvert et de la cassette encastrable! En remontant la porte, vous obtenez un véritable feu ouvert, et en la fermant vous avez le même rendement que pour une cassette. Le dispositif de feu ouvert escamotable a été pensé pour transformer le feu ouvert en une source thermique davantage économique. Comment l’insert y est-il arrivé ? Via l’installation d’un système de combustion fermé. Grâce à cette innovation, le rendement a grandi de plus de 80%. C’est la solution qui fournit le plus grand apport calorifique dans votre habitation. La fumée de l’insert s’enfuit via la cheminée mais aussi par l’intermédiaire de petits orifices ajustés autour du foyer. Ces ouvertures sont masquées par l’encadrement décoratif mis devant le foyer. Le rendement est, de la sorte, amélioré sans la présence d’un ventilateur…

Autre format : le poêle à bois ou à charbon. Rare sont les types de chauffage moderne qui parvienne à produire une chaleur aussi douce qu’un poêle. Cette option offre une intimité, une sensation de cocon. Vous pouvez opter soit pour une version traditionnelle, soit pour une version moderne ou encore une configuration en pierre stéatite ou savonnière.

DSC_0189.JPGCôté poêle à pétrole. Pas besoin de faire des travaux pour installer une cheminée. Vous pouvez caser votre poêle dans la pièce que vous désirez. Une solution idéale également pour la véranda. Le foyer au gaz est aussi prisé pour créer une atmosphère agréable, une quiétude dans une pièce. Côté avantage, il apporte une facilité car il vous suffit d’actionner sur un bouton pour bénéficier d’une agréable soirée autour du feu. De plus, ses lignes sont très design et épurées.

Reste plus qu’à choisir… Pour un intérieur tout feu, tout flamme !

 

Pour voir plus de feux ouverts et de poêles, rendez-vous dans la galerie photo.

03/03/2010

Et Jomy créa l'échelle d'évacuation

Aussi impressionnants que délaissés par les particuliers, les stands consacrés aux échelles d'évacuation jouent une carte importante au salon. Connu essentiellement par le bouche à oreille, Jomy est l'un d'entre eux et fabrique des échelles et escaliers d'évacuation en aluminium depuis 30 ans. Petit tour d'horizon d'un produit essentiel auquel personne ne fait attention... sauf en cas d'incendie!
P1020725.JPG

Le palais 3 est bruyant... très bruyant! Entre les grues et autres engins d'exposition, des dizaines de perceuses sont vigoureusement testées par des visiteurs déchaînés. A quelques pas de là pourtant, le calme retombe et le palais prend un peu de hauteur grâce aux dizaines de stands consacrés aux échelles et autres échafaudages. Dans l'un de ces emplacement en particulier, les chanceux apercevront un homme en costume noir qui s'amuse à plier et déplier une échelles par un simple geste de la main. C'est le nouveaux produit de Jomy : l'échelle escamotable.

"Cette échelle est particulière parce qu'elle ressemble à un écoulement d'eau", nous explique Giovanni Randisi, le directeur commercial de Jomy. "Au niveau des façades, on ne voit absolument pas qu'il y a une échelle et chaque étage possède un déclencheur qui permet de la déplier et de l'utiliser". L'intérêt? Ce modèle est utilisé par les bâtiments classés et dans toutes les constructions qui risquent une intrusion comme les banques, les postes de police et les prisons. Impossible d'ouvrir l'échelle d'en-bas et impossible, pour un amateur, d'y voir autre chose qu'une gouttière".

 

P1020713.JPG

Jomy, c'est une entreprise belge qui produit des échelles et escaliers de secours uniquement en aluminium et dont la majeure partie de la production part... au Japon et aux Etats-Unis. "Nos clients ce sont les pouvoirs publics, les écoles, les bureaux et les hôtels", ajoute Giovanni Randisi. "L'avantage de l'aluminium c'est que contrairement à l'acier, il résiste aux usages et aux intempéries. Son désavantage, c'est que les architectes ne le savent que trop peu".

Le prix, lui, varie selon qu'on choisit une échelle ou un escalier. "Tout dépend du type de bâtiment, du nombre d'étages et du nombre de personne à évacuer" ajoute-t-il. "Pour deux étages d'appartements, une échelle d'évacuation suffit. A partir du moment où on doit évacuer plus de dix personnes, on a tendance à mettre des escaliers".

Prix de base de l'échelle : 2000 euros. Pour un escalier, il faut compter entre 10.000 et 25.000 euros.

 

P1020716.JPG

Le marché lui, se porte assez bien d'après les gérants. "En 24 ans je n'ai jamais connu une seule baisse des ventes", clame Giovanni l'air conquérant. "Et en plus on développe un nouveau marché. Avant, le nettoyage de vitres se faisait exclusivement via des hommes suspendus sur une nacelle. Maintenant, nos proposons une échelle coulissante qui leur offre plus de stabilité".

Tout cela semble prometteur mais pour les commandes, il faudra se déplacer... la marque dispose d'un seul centre de ventes à la frontière française et ses délégués sillonnent les routes du pays.

La transpiration comme art de vivre

DSC_0210.JPGNon à la sueur ! Non aux auréoles ! Aujourd’hui, la transpiration est l’élément à abattre tant chez les hommes que chez les femmes. Autant dire que les déodorants ont la côte. A l’extrême, certains n’hésitent, d’ailleurs, pas à s’injecter de la toxine botulique sous les aisselles pour neutraliser leur sudation. Un monde sans sueur ? Pas si vite ! Car, qui est, de plus en plus, invité dans vos salles de bains ? Le Sauna !

DSC_0030.JPGInventé par les Finlandais il y a 2000 ans, le sauna est une petite cabane de bois ou une pièce dans laquelle l’utilisateur prend un bain de chaleur sèche qui peut osciller de 70°C à 100°C. Son but ? Le corps, soumis à de hautes températures, commence à transpirer fortement pour évacuer la chaleur de l’organisme. Cette sudation permet de supprimer et de rejeter certaines substances toxiques corporelles au travers des pores. Le sauna est bien-sûr relaxant, mais, utilisé régulièrement, il offre surtout un bienfait thérapeutique. En effet, il permettrait une meilleure circulation sanguine, une amélioration de votre santé et aussi de votre résistance aux refroidissements et autres maux. Attention, notez que si cette forte chaleur ambiante chasse les toxines, précipite la transpiration et purifie la peau, en revanche, elle ne fait pas perdre de poids.

Et, pour en savoir plus, nous avons interrogé la responsable de la société Sauna House, sur leur stand de Batibouw.

Quelles sensations procurent le sauna ?

Mieux vaut s'y attendre, l'entrée dans le sauna provoque un petit choc thermique. L’atmosphère y est chaude et sèche. Il est important de retenir que le sauna est un lieu de détente et de décontraction. Il faut en profiter pour se relaxer. Pour le premier passage dans la cabine, comptez plus ou moins 12 minutes. Pas plus car la chaleur dense du sauna peut être un petit peu oppressante durant des premières séances. Ne soyez pas étonné par les réponses de votre métabolisme à l’intensité de la chaleur. En effet, votre respiration devient plus profonde, la circulation sanguine se fait plus rapide et dilate les vaisseaux.

Quels sont les systèmes de sauna existant ?

Il existe le sauna sec et sauna humide. Leurs différences ? Le sec jouit donc d’un faible taux d’humidité. La chaleur est y donc plus agressive.DSC_0200.JPG Ce système a, en conséquent, plus d’effet sur le corps. De plus, il est meilleur marché que le sauna humide. Ce dernier est, par contre plus agréable car la chaleur y est moins intense. Mais, il offre un impact moindre sur le corps que le dispositif sec.

Quel bois choisir pour la cabine ?

Le choix et le traitement du bois sont très important, vu la grande différence de température entre le sol et le plafond d’un côté, et l’humidité relative très basse de l’autre. Le nec le plus ultra en la matière est le bois pauvre en résine et en nœuds. Les espèces les plus souvent utilisées sont le hemlock, le cèdre, le sapin polaire, le pin sibérien et finalement l’abachie. Ce dernier, un bois africain, est faible conducteur de chaleur. Il favorise donc grandement le confort en position assise, sur les bancs.

Qui achètent vos saunas ?

Notre clientèle est assez variée et hétéroclite. Les particuliers sont très soucieux de leur santé et cherche les meilleurs solutions pour conserver un bon état général. Nos ventes sont donc de plus en plus l’œuvre de privés. Avant, la place manquait dans les maisons pour y construire un sauna. Généralement, les gens étaient contraints de l’installer dans leur grenier, leur cave, seuls endroits assez grands. Une solution pas très commode. Mais, aujourd’hui, les mentalités évoluent et les maisons sont construites en incluant la place d’un sauna potentiel dans la salle de bain. Sinon, outre les particuliers, nos acheteurs sont aussi des hôtels, des centres de bien-être, …

Le prix est assez élevé…

Non, je ne pense pas. A l’heure actuelle, le coût a baissé. Il est devenu abordable pour le plus grand nombre. C’est un investissement de toute une vie. Il ne s’use pas. Ne se casse pas. C’est pour toujours.

02/03/2010

Se cuisiner un style

Manger est essentiel. Et agréable aussi ! La cuisine est, logiquement, un lieu clé de votre maison. Son utilité est indiscutable. Véritable pièce à vivre et à partager, elle est aujourd’hui conviviale et au centre de multiples liens sociaux. S’émancipant de son rôle de lieu secret exclusivement réservé aux épouses, la cuisine s’affranchit en s’ouvrant sur les autres pièces. Impertinente, elle est placée bien en vue dans votre habitat. Raison pour bien penser son look.

DSC_0087.JPGQuelles sont les tendances actuelles? Comment rendre cette pièce attractive? Les réponses sont nombreuses. Malgré tout, plusieurs manières d’aménager votre cuisine reviennent souvent, se positionnant comment les plus grands succès du marché. En effet, quelques tendances sont prégnantes en 2010.

Selon le vendeur de chez Arclinea, une société italienne créatrice de cuisines de luxe, la mode va au « mixage bois/pierre, des matières brutes, pures et ancestrales ». Michel Saint-André de l’entreprise du même nom, confirme cette mouvance et rajoute que « nombreux clients optent pour de matières naturelles mais ces dernières doivent s’insérer dans des lignes épurées et modernes. Même si certains modèles rustiques et provençales ont toujours des adeptes. »

La vendeuse de chez Aga, cuisines très rustiques fonctionnant selon un procédé ancestral, remarque, quant à elle que la plus grande demande des clients est les îlots, ces meubles de cuisine massifs à placer au centre de la cuisine. « Pourquoi un tel engouement ?, précise-telle. Ils sont conviviales, pratiques, sociables car ils permettent un large contact avec le reste de la maison. Ils indiquent une évolution dans la manière de vivre. Une sortie de l’anonymat. Et un affranchissement de la cuisine fermée et cloisonnée. »

Quelle déco choisir ?

Outre ces tendances générales, en matière de style, tout est permis ! Design, rustiques, urbains, provençal ou encore ultra-futuristes,… les cuisines sont aussi variées que les goûts sont dans la nature. Trouver le style de cuisine qui nous convient est une affaire de feeling et de penchants personnels. On dit souvent que la cuisine est l'âme de la maison, il faut donc que cette âme respire au même air que vous. Voici donc un petit guide des différentes tendances et des grands courants actuels.

Le style traditionnel

DSC_0229.JPG

Les cuisines dites traditionnelles sont soit constituées de bois naturel soit totalement laquées en blanc. Elles offrent un équilibre entre passé et future et bénéficient d’un cachet et d’une finesse bien présente. La star de ces cuisines ? Les matériaux nobles et bruts. À savoir le bois, la pierre ou l’ardoise. Son petit plus réside dans sa chaleur et sa convivialité.

Le style provençal

DSC_0270.JPG

Du style provençal émane une ambiance chaleureuse. Les fabricants de ce type d'aménagement ont l'art de combiner les matériaux typiques provençaux comme les tomettes, le bois, les pierres avec le béton, l'aluminium, le marbre ou le granit. Ils privilégient également les nouvelles teintes symbolisant la Provence : le beige, le brun, le rouge, avec quelques pointes de gris. C'est le choix idéal si vous voulez profiter d'un intérieur ensoleillé et qui sent bon la lavande et le pastis.

Le style coloré

DSC_0295.JPG

Ici, les couleurs tiennent le haut du pavé. Et cette année, le rouge semble particulièrement être au centre des attentions. Carmin, vif ou encore tirant vers le rose, ce coloris est largement de la partie et s’invite allégrement dans notre cuisine. Pour un look vitaminé, stimulant mais, néanmoins, parfois un peu très trop agressif, surtout aux réveils. Ce type de décoration est idéal pour injecter du tonus et du peps à votre pièce. Attention, tenez bien compte qu’une couleur forte doit être assortie à la vaisselle, aux torchons, aux décorations pour éviter les fautes de goûts et les associations de teintes douteuses.

Le style design

DSC_0276.JPG

Fanas de l’innovation et des nouvelles tendances ? Les cuisines design sont faites pour vous. Elles font la part belle aux matériaux nouveaux, comme, par exemple, le Corian qui trouve une place sur le plan de travail ou le plaquage des portes. Une des caractéristiques de ce style est l’épuration des lignes. Le minimalisme et la sobriété sont au rendez-vous, conférant au lieu un aspect prodigieux et grandiose mais parfois un peu froid.

Le style charme

DSC_0260.JPG

Une grande sensation de calme et de délicatesse s’évapore délicatement de ces cuisines. À la forme un peu passéiste, elles offrent au bois une place de choix, qu’il soit brut ou coloré. Le tout est de créer une homogénéité dans le ton et dans les teintes. L’esprit est, sans conteste, champêtre, campagnard, voire romantique. Élégantes et classes, elles confèrent une uniformité et un équilibre à la pièce. Rien ne doit venir contrarier le regard.

 

C'est par ICI pour découvrir d'autres modèles exposés à Batibouw.

Les primes régionales en 2010

Les régions et le gouvernement fédéral ont décidé de concentrer leurs efforts et de réunir leurs stands respectifs au même endroit. Le patio au bout du palais 5 prend donc des allures de bâtiment public et regorge d'informations sur les primes, demandes de permis, prêts, et autres hypothèques accordés en 2010.

P1020702.JPG

Depuis plusieurs mois, les régions ne financent plus l'achat de panneaux photovoltaïques mais il n'en reste pas moins toute une série de primes à l'énergie et au logement qui varient selon qu'on habite à Bruxelles ou en Wallonie.

Côté Bruxellois, on met l'accent sur la prime à la rénovation ou le remboursement de 30 à 70% des travaux de rénovation entrepris par le demandeur, selon ses revenus et la zone dans laquelle sa maison est située. Pour en bénéficier, il faut être propriétaire d'une maison d'au moins 30 ans d'âge, faire réaliser les travaux par un entrepreneur enregistré et introduire sa demande avant le début du chantier.

Autre prime, beaucoup moins demandée : la prime d'embellissement des façades. Même principe et mêmes conditions si ce n'est que la maison ne doit avoir "que" 25 ans."Le nombre de demandes n'est pas limité mais bien le budget de la Région", explique Muriel Poncelet du centre d'information du logement. "La démarche, elle, est très simple : vous pouvez appeler le centre d'information du logement qui vous explique la procédure, vous rendre à l'une de ses permanences, ou télécharger les documents sur internet. Le formulaire doit ensuite être rendu à la Région et dans un délais de 30 jours ouvrables vous avez une réponse".

Les primes à l'énergie, moins ambitieuses que par le passé n'en restent pas moins intéressantes : maisons passives, rénovations passives, isolation, cogénération et toute installation qui peut vous faire économiser de l'énergie peuvent être partiellement subsidiées par la région.

Plus d'infos sur : www.bruxelles.irisnet.be --> embellir --> rénover.

P1020699.JPG

Du côté de la région wallonne, on fait un peu grise mine, "parce qu'on est moins bien loti qu'à Bruxelles", nous explique un préposé. "Les primes ont baissé et ça ne sent pas bon pour l'avenir. En outre, il y a beaucoup plus de restrictions pour les obtenir. D'ici un ou deux ans, elles risquent d'être supprimées".

Moins attrayantes, certes, les primes au logement et les primes énergie sont bien là. La procédure, elle, est légèrement différente puisque la prime est octroyée après les travaux même si la demande dit être introduite avant. L'accent est mis sur les nouveautés offertes en 2010 comme l'écoprêt à 0%, les certificats verts octroyés à l'avance, les primes plus élevées pour les revenus modestes, les primes double vitrage, et les surprimes pour l'utilisation de matériaux naturels.

Toutes les informations sont disponibles sur http://energie.wallonie.be ou http://mrw.wallonie.be/dgatlp/logement

 

P1020693.JPG

Reste, enfin, un stand de l'Etat fédéral qui explique en détail les différentes réductions d'impôts existantes : réduction d'impôts pour les habitations à basse énergie, passives, ou zéro énergie, réduction d'impôts à l'achat d'un véhicule électrique, et un taux réduit de TVA pour la rénovation des logements.

Pour plus d'informations sur les écochèques et les réductions fiscales relatives à l'installation de panneaux solaires, vous pouvez consulter notre article sur "l'énergie photovoltaïque".

 

P1020691.JPG

01/03/2010

Tu prends la porte!

 

A Batibouw, certains stands jouent la carte de la séduction, d'autres impressionnent par leur créativité et d'autres encore se contentent de mettre une grue en plein centre du palais. Quelques emplacements, enfin, intriguent par leur contenu inhabituel. C'est le cas des vendeurs de porte, qui rivalisent d'inventivité pour mettre leurs produits en valeur.

P1020658.JPG

Les cinéphiles se souviennent encore du fameux concours d'ouverture de porte du film "les convoyeurs attendent" de Benoît Mariage. Dans le palais 3, on en est pas loin! Des dizaines de stands en vendent des centaines de versions différents pour tous les goûts et tous les publics.

P1020657.jpgOn commence avec la porte "lounge" : classe, spacieuse, généralement en verre teinté, idéale pour draguer voire plus si affinités. Prix : entre 800 et 1200 euros. Le stand, lui, est tellement accueillant que les visiteurs ouvrent et referment les exemplaires soigneusement disposés et éclairés comme s'il s'agissait d'une toute nouvelle invention.

Pas loin, on retrouve le paradis des éternels inquiets : portes en titane, triples serrures et caméra intégrée pour analyser tout ce qui se passe aux environs. L'objet est imposant et on se demande bien comment il est possible de forcer la chose, à moins d'utiliser un camion.

Troisième et dernière catégorie : les portes d'époque. De bois ou de verre, elles ont été travaillées par des artistes ou construites dans un matériau de toute beauté et reviennent nettement plus cher encore. La palme revient au spécimen doté d'une vitre en cristal, qui revient, lui, à 6.000 euros.

A ce prix là, oseront-t-ils l'ouvrir?

P1020671.jpgP1020676.jpgP1020685.jpg

 

 

19:17 Publié dans Batibouw 2010 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : batibouw, 2010, portes