Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

25/02/2009

Incertitudes

point_interrogation.jpgDepuis ses premières manifestations, la crise a effectivement hypothéqué la concrétisation de nombre de projets, y compris ceux pour lesquels existe déjà un permis de bâtir. Ce phénomène touche particulièrement la construction non-résidentielle. Après la forte hausse du volume de bâtiments autorisés en 2007, ce segment a connu un sérieux réajustement au cours du 1er trimestre 2008 (-15%). Les chiffres se sont stabilisés au cours du 2ème trimestre, mais à un niveau nettement inférieur à la moyenne de 2007. Ici également, en 2009, la performance du segment dépendra de sa capacité à traduire les permis en mises en chantier effectives. Or, la détérioration du climat économique devrait peser sur les capacités d’investissement des entreprises et des entités publiques. Cette constatation se vérifiera d’autant plus au niveau des pouvoirs locaux que ceux-ci seront confrontés à la perte des dividendes de Dexia.

Déjà avant la crise

Dans ce même rapport, la Confédération souligne également que la crise financière n’est pas seule responsable du fléchissement de l’activité de la construction en 2008. Le contexte économique n’était déjà plus porteur et le secteur avait épuisé l’essentiel de son potentiel de croissance au cours du premier semestre 2008.

Toutefois, à en juger par les permis de bâtir délivrés (+/- 53.000 unités), la demande du résidentiel s’est maintenue, notamment pour les maisons unifamiliales. Par contre, le segment des appartements neufs accuse une perte de vitesse sensible. Comme le prévoit R. de Meulenaere (Adm. Dél. Conf. Construction) : « De façon globale et contrairement à la situation observée dans différents pays européens, la Belgique ne connaîtra pas un effondrement de la construction de nouveaux logements, pour autant que les mises en chantier autorisées ne soit ni reportées, ni abandonnées ». Question : Le seront-elles ?

Pour que la brique n'ait pas le blues...

PHOTOBOTANIQUE.jpg

En préparant la 50ème édition de BATIBOUW (26/02 > 08/03), les organisateurs n’avaient sans doute pas prévu d’accueillir la crise comme invité d’une mauvaise surprise. Même s’il ne s’agit pas de sombrer dans la complainte mais de considérer les opportunités d’une telle situation, l’état actuel du secteur a de quoi inquiéter.

Dans un dernier rapport (janvier 2009), la Confédération de la Construction dressait le bilan conjoncturel de l’année écoulée et envisageait les évolutions possibles. Parmi les points marquants de cette analyse on retiendra les éléments suivants :

• Après avoir soutenu l’ensemble de l’économie durant ces cinq dernières années, la construction est à bout de souffle : en 2008, le secteur a enregistré un nombre record de faillites et est entré en récession en fin d’année.

• Le secteur accueille favorablement le plan de relance du gouvernement qui devrait permettre de dégager un supplément d’activité de +/- 3% pour assurer, au mieux, un maintien du chiffre d’affaires du secteur en 2009.

Photo: Marc Detiffe (Immeuble Botanique / Arch.: Architectes Associés)