Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

01/03/2009

Baisse prévue et éléments de réponse

Lancé en janvier 2005 pour répondre à la demande d'un indice immobilier large calculé de façon régulière, l’indice Trevi est basé sur le prix de mise en vente d'un échantillon de 7.500 biens immobiliers recensés au cours du trimestre précédent sa publication, cet indice est donc un baromètre de l'évolution des prix du résidentiel dans toute la Belgique.

ScreenShot022.jpg

Lire la suite

28/02/2009

Crédits hypothécaires et prix du marché

Si ces mesures sont autant d’arguments favorables à une relance, il convient aussi de s’intéresser à la capacité d’emprunt du public. Mis en perspective sur une période de 10 ans on relève que le montant moyen de tous les crédits hypothécaires octroyés est passé de 60.623 € en 1998 à 100.938 € au premier semestre 2008, soit une augmentation de 66,5% en 10 ans. La hausse la plus importante (89 %) est observée dans les montants consacrés aux achats et la plus faible (18,5%) à ceux de la rénovation.

Pour la construction, le montant moyen a augmenté de 70% pendant la dernière décennie. A noter que depuis 2005, le montant moyen pour les achats était supérieur à celui des achats + transformations, dont la somme était elle-même plus élevée que pour la construction. Au premier semestre 2008, le montant moyen pour les achats + transformations a dépassé, pour la première fois, celui des achats.

Lire la suite

27/02/2009

Chattez avec André Antoine!

Chattez ce vendredi, entre 13h et 15h avec le ministre André Antoine en direct du Salon Batibwou!

Construction: le pilier de la relance?

 

PHOTO SDRB.jpg

 

Désignée comme le pilier de la relance économique par le gouvernement fédéral, la construction devrait bénéficier des mesures suivantes :

• La réduction de la TVA de 21 à 6% sur la première tranche de 50.000 € pour toutes les nouvelles constructions d’habitations ;
• La généralisation, à l’ensemble du territoire, de la mesure de réduction à 6% de la TVA pour les rénovations après démolition. Cette mesure était jusqu’à présent limitée à 32 centres urbains ;
• La réduction de la TVA de 12% à 6% pour la construction de logements sociaux publics ;
• L’extension des investissements économiseurs d’énergie (par ex. l’isolation des murs et des sols) pouvant donner droit à un avantage fiscal.

Photo: Immeuble de logements SDRB - Concours – 2ème Lauréat – Promoteur SDS – /Arch. ART & BUILD / Image : Quick-it

26/02/2009

La rénovation en relais?

renovation.jpgEn 2009, les conséquences de la crise seront inévitablement douloureuses. A plus long terme toutefois l’évolution d’autres paramètres tels que les coûts de la construction, les possibilités de financement, la montée du chômage, etc. révéleront leur impact. Le marché de la rénovation prendra-t-il alors le relais comme marché de réserve ? Ces deux marchés (neufs ><rénovation) évoluent habituellement de manière non corrélée. Par ailleurs, la rénovation énergétique (investissements durables) soutenue par les pouvoirs publics devrait faire sentir ses effets positifs.

 

Pour le secteur du non-résidentiel et après la forte progression enregistrée en 2007, les autorisations de bâtir délivrées au cours des six premiers mois 2008 sont en net recul. Pour l’ensemble de l’année, sa croissance sera ainsi réduite à 3%. En 2009, ce chiffre sera négatif et le non résidentiel accusera un retrait de –3%, même si, comme pour le résidentiel, les opérations de rénovation viennent atténuer le repli du neuf.

Quand la construction va, tout va... et inversément!

Lorsque l’économie ralentit, la construction freine avec toutefois un certain décalage dans le temps. Ce temps semble aujourd’hui venu et des voix autorisées n’hésitent plus à parler d’une récession majeure qui, amplifiée par la crise du crédit, devrait conduire l’ensemble du secteur de la construction à une croissance négative de l’ordre -0,8%, voire même de -1% en 2009. A noter que ces chiffres s’inscrivent dans les prévisions pessimistes de la Banque Nationale qui prévoit un recul du PIB de la Belgique de l’ordre de -1,9% en 2009 (selon d’autres sources ce recul sera sans doute plus élevé et pourrait dépasser les 2,5% ).

PHOTO COLVERT1.jpg

Le secteur de la construction en quelques chiffres
La Belgique compte 80.282 entreprises de construction. Leur nombre a augmenté de 0,3% depuis 2007 .
Le secteur emploie 176.365 ouvriers et 33.175 employés (soit 209.540 salariés) et son chiffre d’affaires représente +/- 5% du PIB national.
En 2008, 1.123 entreprises du secteur ont fait faillite. En 2007, leur nombre était de 1.037.

Permis de bâtir :
Le nombre de maisons et d’appartements qui ont obtenu un permis de bâtir au cours de la période 09/2007-08/2008 s’élève à 53.219. En 2007, ce chiffre était de 55.519 unités. Durant la même période, 33.122 permis de rénover ont été octroyés, contre 33.050 en 2007.
Pour les bâtiments non-résidentiels, 47 millions de m³ ont reçu un permis de bâtir en 2008 et 5.888 constructions un permis de rénover. En 2007, le total était de 45,7 millions de m³ et 5.924 permis de rénover.

Plan de relance

construction_610232.jpgLe plan de relance du gouvernement, centré en grande partie sur la construction, devrait avoir des effets positifs sur l’activité du secteur, dans la mesure où il visera à répondre à une série de besoins essentiels, dont la nécessaire amélioration des performances énergétiques du parc immobilier. L’élargissement de la réduction fiscale pour des travaux ‘économiseurs d’énergie’ contribuera également à réduire le prix d’une construction neuve, renforçant de la sorte la position concurrentielle de l’investissement immobilier.

La réduction de TVA accordée pour le logement familial (6% au lieu de 21% sur la première tranche de 50.000 €) devrait favoriser simultanément la réalisation de travaux complémentaires ainsi que la vente de logements neufs. Parallèlement elle devrait stimuler la mise en chantier de logements déjà autorisés et éventuellement le développement de nouveaux projets. L’objectif serait d’atteindre en 2009 une croissance du secteur de 3% (incidence de 0,3% sur le PIB). Il reste qu’il y a loin de la coupe aux lèvres et que, depuis quelques mois, la croissance du secteur est négative. Dans le meilleur des cas, ces mesures contribueraient donc à maintenir l’activité en 2009.