Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

03/03/2009

Priorité des ménages: reconstituer le patrimoine

PHOTO ECOWORKS .JPG

Dans des conditions normales du marché, l'abaissement du taux directeur par les autorités monétaires est synonyme de bonne nouvelle pour le secteur de la construction, puisque, d’une part, il permet aux établissements bancaires de réduire le coût de leurs crédits logement et, d’autre part, il accroît le nombre de ménages pouvant accéder à un prêt hypothécaire. Les crédits hypothécaires deviendront donc peut-être à nouveau moins chers ces prochains mois (actuellement +/- 5% pour les taux fixes) .

La Banque nationale pense néanmoins qu’en 2009, les ménages donneront la priorité à la reconstitution de leur patrimoine familial après l'énorme destruction des marchés financiers. De plus, les tensions inflationnistes (ayant connu des pics jusqu'à près de 6% durant les mois d'été) ont affecté le pouvoir d'achat et les messages quotidiens d’un chômage croissant dans différents secteurs inciteront à la prudence. Les décisions financières importantes telles que l'achat ou la construction d'un logement seront reportées en raison de l’insécurité régnante.

En 2009 interviendrait toutefois la fin du climat fortement inflationniste de l'année dernière. Le principal facteur de l'inflation galopante a été la hausse continue du prix du pétrole brut ( 145 dollars le baril en juillet 08). Depuis lors, en raison de l'affaiblissement rapide de l'économie mondiale, le prix du pétrole a perdu deux tiers de sa valeur et on s'attend à un prix moyen situé entre 60 et 70 dollars en 2009. En outre, le prix des autres matières premières et les prix agricoles ont également connu un sévère recul après leurs records du premier semestre de 2008. La Banque nationale table pour 2009 sur une inflation moyenne de 1,9% (4,6% en 2008). De ce fait, la bonne nouvelle fait déjà partie du passé car la plupart des instituts de conjoncture s'accordent à dire que les économies occidentales connaîtront en 2009 la crise la plus grave depuis le début des années 80. Au milieu de tout cela, l'économie belge connaîtra, selon les dernières prévisions, un recul de 0,1 à 0,2% sur une base annuelle.

Les commentaires sont fermés.